Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Débat G Sorman et R Mascarell

Au mois de janvier de cette année, je vous ai donné un aperçu du débat que j’ai engagé sur le blog de l’économiste médiatique Guy Sorman, avec l’économiste lui-même et avec ceux qui fréquentent son blog, sur le thème de la lutte des classes.

Lorsque soudain, Guy Sorman, poussé à quia sur la lutte des classes, a déplacé le débat sur le thème de : La baisse tendancielle du taux de profit. Théorie majeure de Marx, par laquelle il démontrait que le capitalisme était promis à sa chute.

Je publie ci-après notre échange :

« Puisque nous évoquons la mécanisation et la ré-industrialisation, rappelons une hypothèse centrale de Marx, non vérifiée : la baisse des profits par suite du remplacement de l'homme par la machine. Il s'est produit le contraire ce qui détruit tout le schéma futuriste de Marx. La baisse des taux de profit devait selon lui conduire à la fin du capitalisme. Loupé ! »

Rédigé par : Guy Sorman | 29 décembre 2010 à 11:35

MA REPONSE

Monsieur Sorman, Marx concluait effectivement, pour l’avenir, à la baisse tendancielle du taux de profit. Les faits lui ont absolument donné raison dans la zone géographique de chacun des pays capitalistes développés.

En revanche, ce que Marx n’avait pas envisagé, c’est que les capitalistes mettraient en œuvre les premiers, mais en le retournant à leur avantage, son célèbre aphorisme « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ». Les prolétaires n’ont pas encore réalisé leur union à l’échelle du monde, les capitalistes oui.

Marx considérait que l’individualisme forcené des capitalistes, la concurrence sauvage entre eux et un certain patriotisme, seraient un obstacle à la mondialisation de leurs intérêts.

Si les capitalistes des pays développés ont su mondialiser leurs intérêts, c’est précisément parce que la baisse tendancielle de leurs taux de profits a réellement eu lieu dans leur pays d’origine, en raison des luttes et des progrès sociaux. Les capitalistes ont donc entrepris de transférer de plus en plus leurs activités productives dans les pays à bas coût de main-d’œuvre, pour y rétablir leurs taux de profits.

Mais c’est reculer pour mieux sauter. La loi de la baisse tendancielle du taux de profit théorisée par Marx continue à faire son œuvre, y compris dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. Les classes ouvrières de ces pays ne restent pas inertes et vont exiger de plus en plus leur dû. Les taux de profit vont donc inexorablement baisser.

Cela dit, c’est vrai, Marx s’est trompé.

Il est facile de dire en 2011 que Marx, qui avait parfaitement vu qu’à force de concentrations industrielles et d’accumulations capitalistiques, le capitalisme industriel serait de plus en plus supplanté par le capitalisme financier, au point qu’aujourd’hui, il est plus rentable pour un capitaliste de spéculer sur les marchés financiers que d’investir dans la production industrielle (la fameuse économie réelle) n’a pas vu que ces mouvements de concentrations industrielles et d’accumulations capitalistiques aboutiraient à la constitution de groupes mondiaux, capables de dominer bien des Etats nationaux. Il ne pouvait pas prévoir que les capitaux et les informations allaient circuler à travers le monde à la vitesse de la lumière.

Le marxisme n’est pas une doctrine figée. Les marxistes d’aujourd’hui la font vivre et s’en servent de base, en partant de l’état actuel des technologies, du capitalisme mondial et de l’échec retentissant des pays qui ont dévoyé Marx.

Ce débat, énorme, promet d’être passionnant. J’y suis prêt.

Rédigé par : Robert Mascarell | 30 décembre 2010 à 00:18

11/07/2011, 15:02PAR ANNIE LASORNE

"Capitalistes de tous les pays unissez-vous !"

c'est vrai, que ce slogan a super bien marché ! C'est Rockefell qu'avait lancé ça ? Marx doit faire des loopings dans sa tombe, pauvre Karl, si tu nous voyais... On n'est pas sorti le cul des ronces !

J'aime bien vos billet M. Robert Mascarell ils sont... Revigorants !

11/07/2011, 19:53PAR JEAN-CLAUDE CHARRIE

Bien plus que sa mondialisation (qui est un effet induit plus qu'une stratégie), la réponse du capitalisme à la baisse tendancielle du taux de profit aura été le consumérisme, c'est à dire la dévalorisation du travail par l'obsolescence programmée et le nécessaire renouvellement à l'infini des productions.

Consumérisme, marketing, "société du spectacle"... et financiarisation, où la fuite en avant suicidaire du capitalisme, système mortifère.

Guy Sorman, économiste !?

Selon ses contributions sur quelques plateaux télé, entrevues de temps à autres, je croyais que c'était une bande son qui tournait en boucle.

Selon wiki, il paraît qu'il donne des cours !

De quoi être atterré.

Commenter cet article