Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

Souvenez-vous, du temps de l’Union Soviétique et de ses turpitudes, la droite française n’avait de cesse d’en rendre également responsables les communistes français. Elle avait raison, puisque le PCF osait défendre le « bilan globalement positif » de l’URSS et de ses pays satellites d’Europe orientale.

Un peu de rigueur intellectuelle et morale voudrait qu’aujourd’hui, devant les dégâts de la crise du capitalisme mondialisé, les thuriféraires de ce système, Sarkozy et sa bande, en tête, fassent acte de contrition.

Mais assez de naïveté. Ce monde-là est intrinsèquement amoral. Il n’a d’yeux que pour l’argent. Chacun son dieu.

Donc c’est dit : Sarkozy est une victime du capitalisme. Si sa politique est si dure pour le peuple, ce n’est pas de sa faute, mais celle de la crise. Il n’en peut mais. Il est bien obligé de faire avec. Un petit détail, ses copains de classe n’en souffrent pas du tout, au contraire.

Commenter cet article