Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

L’argument que Sarkozy et sa bande tiennent comme indiscutable, pour justifier leur réforme de la retraite, c’est que nous vivons plus longtemps, donc nous devons travailler plus longtemps.

Le sphinx du FMI, Dominique Strauss-Kahn, utilise le même argument. Ca fait peur.

A ce compte là, jamais l’abaissement de l’âge de la retraite, quel qu’il soit, n’a été justifié.

La durée de vie en France a, en effet, plus que triplé en deux siècles et demi, passant de 25 ans en 1740 à plus de 80 ans aujourd’hui, selon l’INED (Institut National d’Etudes Démographiques). La progression de la durée de vie moyenne n’a été interrompue que pendant quatre périodes, celles des guerres : guerres napoléoniennes, guerres de 1870, 1914-1918, 1940-1945.

Par transposition, Sarkozy et sa bande pourraient justifier le rétablissement du travail des enfants, puisque la mortalité infantile n’a cessé de diminuer. Au 18ème siècle, en France, toujours selon l’INED, un enfant sur trois n’atteignait pas son premier anniversaire. Vers 1850, la mort ne frappe plus qu’un nouveau-né sur six. En 2005, 3,6 nouveaux-nés sur mille sont décédés avant leur premier anniversaire.

Ce raisonnement pourrait valoir également pour la durée du travail. Elle est passée de 84 heures par semaine en 1848, à 70 heures en 1900, 60 heures en 1906, 48 heures en 1919, 40 heures en 1936, 39 heures en 1982, 35 heures en 2000.

Pourquoi travailler si peu puisque notre vie ne cesse de s’allonger ?

Allez, encore un effort Monsieur le président de la République.

Mais cessons-là avec les absurdités sarkozyennes et strauss-kahniennes, redevenons raisonnables.

Dans notre histoire, ce qui fait que les progrès sociaux n’ont jamais cessé, jusqu’à un passé récent, ce sont les luttes populaires, doublées d’une amélioration ininterrompue de la productivité du travail grâce à l’amélioration de la santé des travailleurs et à l’automatisation de leurs tâches.

Alors, pourquoi ne pas aborder, en 2010, le débat sur l’âge de la retraite, à partir de l’idée avancée, entre autres, par Jean-Luc Mélenchon, démontrant que deux salariés aujourd’hui produisent plus que quatre salariés il y a trente ans ? Sur une plus longue période, un(e) salarié(e) travaille deux fois moins aujourd’hui, mais produit seize fois plus que son homologue du début du 19ème siècle.

Commenter cet article