Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

Tel est l’objectif de Manuel Valls. C’est son nouveau coup de pied de l’âne. Gageons que ce ne soit pas le dernier.

Au mois de mai 2008, ce personnage s’était déjà illustré en jetant Jean Jaurès aux oubliettes et en faisant de Georges Clémenceau sa référence. A ce moment-là, j’avais déjà commis un billet d’humeur que j’avais titré : « Manuel Valls : Du reniement à l’infamie ». Il est plus que jamais d’actualité.

J’y rappelais que Clémenceau n’a jamais été socialiste et qu’au début du 20ème siècle, alors qu’il était président du Conseil, il s’était proclamé le « premier des flics », n’hésitant pas, pour faire « honneur » à son titre, à réprimer sauvagement les grévistes. De ce jour, Jaurès s’était brouillé avec lui.

Aujourd’hui, le nouveau cheval de bataille de Manuel Valls ce sont les 35 heures. Pour la plus grande satisfaction de l’UMP, mais curieusement pas de nombreux employeurs.

Dans cette contradiction réside toutes les faiblesses des deux lois Aubry (13 juin 1998 et 19 octobre 1999) instituant comme durée légale les 35 heures de travail par semaine.

A cette époque, au sein de mon syndicat préféré, la CGT, j’avais exprimé de nombreuses réserves sur ces lois.

J’étais et je suis toujours pour le principe de la réduction du temps de travail à 35 heures ou même à moins. Il s’agit d’une conquête sociale allant dans le sens du progrès. J’étais et je suis toujours contre tous les aménagements qui ont été apportés à l’occasion de l’application de ces lois.

La mise en œuvre des 35 heures a été très souvent accompagnée d’une flexibilisation du travail dans les entreprises (annualisation, modulation), supprimant de fait le paiement des heures supplémentaires. Elle a aussi signifié la modération salariale, voire le blocage de toute augmentation de salaire pendant plusieurs années. Elle a enfin été assortie du versement, depuis et toujours, de subventions de l’Etat en faveur de toutes les entreprises, pour en compenser le coût. Le coût de ces subventions permet aux hypocrites contempteurs des 35 heures de justifier leur volonté de revenir aux 39 heures payées sans majoration de salaire pour les 4 heures supplémentaires, voire de ne les rémunérer qu’au même niveau que pour 35 heures, ou même de supprimer toute notion de durée légale du travail.

L’autre justification à la suppression des 35 heures, c’est que la France aurait la durée moyenne de travail la plus faible du monde, et qu’ainsi elle ne serait désavantagée dans la compétition internationale. Qu’en est-il en réalité ? Selon la revue révolutionnaire « Challenges », publiant en 2010 une statistique européenne, la durée réelle annuelle moyenne du travail en France est supérieure à celle de l’Allemagne, de l’Italie, des Pays-Bas, de l’Espagne, de la Suède et du Royaume-Uni.

En ces temps de déficit budgétaire public astronomique, je suis pour le maintien des 35 heures comme durée légale du travail, mais pour la suppression de toute subvention aux entreprises pour ce motif.

En réalité, les contempteurs des 35 heures ne veulent pas revenir sur les contreparties que malheureusement trop de salariés, influencés par des syndicats collaborationnistes, ont acceptées.

Ici, je tiens à rappeler que les syndicats, qui ont signé les accords d’aménagement des 35 heures, ne représentaient quasi systématiquement que la minorité des salariés de leur branche professionnelle ou de leur entreprise. Ces accords ont donc été imposés à la majorité des salariés. Ainsi va la démocratie en France.

Donc Valls et ses amis de l’UMP veulent préserver la flexibilité, la modération voire le blocage des salaires et les gains de productivité. Quant aux subventions versées aux entreprises pour compenser le coût des 35 heures, aucun de ceux-là comme des membres du gouvernement ne disent si, en supprimant les 35 heures, ils sont pour l’arrêt de toute subvention aux entreprises pour ce motif.

Ainsi, si le mauvais coup de Manuel Valls et de ses amis de l’UMP réussit, les salariés paieront deux fois les effets des 35 heures. Une fois par la flexibilité, les gains de productivité, la modération voire le blocage des salaires pendant plusieurs années. Une deuxième fois par l’augmentation de la durée du travail de 35 à 39 heures sans paiement des majorations des heures supplémentaires différentielles, voire sans augmentation de salaire.

Et dire que Manuel Valls est toujours membre du parti socialiste.

11/07/2011, 10:03 PAR DILOU

Bien dit cher Robert ! Très bien dit même

Cordiales salutations

11/07/2011, 10:09 PAR YVES BESANÇON

Cher Robert, excellent ! Comme vous le soulignez, le sens de l'histoire et du progrès social, c'est la réduction du temps de travail, a fortiori dans des contextes de chômage de masse. Complètement à l'unisson avec vous sur la suppression des aménagements des 35 h qui coûtent chers aux contribuables, alors que ce sont les entreprises qui auraient dû pleinement supporter le coût du passage des 39 h aux 35 h ; et inscrivons l'objectif d'une poursuite de la réduction du temps de travail dans le programme présidentiel du futur candidat de la gauche en 2012...Et, cotisons nous pour financer la carte d'adhésion de Manuel Valls à l'UMP...

11/07/2011, 10:35 PAR CHANTAL MESSINES

qu'il dégage lui aussi, ce ump refoulé !!!!!!!!!!!!!!!!!

11/07/2011, 12:30 PAR WLADIMIR

Belle analyse de la façon dont les 35 heures ont été instaurées, il s'en est résulté un surplus de productivité donc de profit pour les entreprises concernées.

Un autre sujet concernant le monde du travail continue à me hérisser le poil, c'est la valeur argent du férié travaillé donné à l'Etat qui, de plus, crée un supplément de profit aux entreprises.

Le scandale à cette occasion a été d'exonérer les professions non salariales ainsi que les revenus des actionnaires.

Quant à Valls... qu'écrire qui ne soit pas insultant...? Donc je la ferme!

11/07/2011, 13:12 PAR ZAP POW

Je m'étonne moins que l'auteur que Valls soit toujours membre du Parti Socialiste. Je le trouve plus à sa place là qu'un Arnaud Montebourg, vu ce qu'est devenu le PS. Valls arrivera peut-être un jour à ses fins, illustrées par sa fameuse déclaration : "Il faut transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, nous dépasser, tout changer: le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé; il renvoie à des conceptions du XIX° siècle."

11/07/2011, 13:34 PAR ANNIE LASORNE

Merci pour cet excellent billet et aussi pour les commentaires.

11/07/2011, 16:15 PAR SERGE MIGNARD

Pauvre Monsieur Valls, qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour tenter d'exister?

Il n'est que le successeur des Kouchner, Lang et autres fascinés par les ors et pompes du Pouvoir. Il faut voir la déconvenue de Lang en voyant le poste échu à Baudis alors que "pensait-il!" le poste du Défenseur des Droits devait lui revenir pour prix de sa trahison versaillaise au Congrès des deux assemblées.

Merci tout de même pour cet article.

11/07/2011, 17:34 PAR BOURBAKY

Valls à trois temps.

Certes au dernier temps il se trouve au même niveau que Coppé, mais dans ce parti les connivences avec l'ennemi sont multiples.

Pascal Lamy (PS) développe les mêmes analyses que Longuet (UMP-FN).

Christine Lagarde se fait fort de suivre la même politique que DSK.

Ne parlons pas de Lang, Rocard, Joynet, Kouchner. Tous petits vendus.

Et les grands des sondages, Hollande ,Aubry, vous y croyez, vous, qu'ils soient capables de nous sortir du marasme capitaliste ?

Valls est un traître qui n'a rien à faire dans un parti dit socialiste , mais si on commence à faire le ménage dans cette ménagerie que restera-t-il ?

11/07/2011, 18:50 PAR V PORS

merci de transmettre à Monsieur M.VALS:

ici, nous comptons nos heures. Ici, depuis les 35h, j'ai enfin droit à des années de 1600h, alors qu'avant c'était 2200, voire 2500.....j'ai enquillé des semaines de 9 journées consécutives, des bascules soir/matin, dormant 4 à 5 h, ne pouvant me^me plus trouver le courage de me cuisiner un repas....alors, les 35h ont été une bénédiction dans mon quotidien.

oui je vends ma force de travail contre un salaire! mais pas à n'importe quel prix, et surtout pas dans n'importe quelles conditions.

amitiés à tous les travailleurs.....

12/07/2011, 06:32 PAR ELISA13

Bravo pour ton commentaire, Véro.

J'ai une pensée pour toutes les mamans seules qui ont tout juste le temps de raconter une histoire aux enfants avant d'aller faire leur deuxième journée, en faisant le reste : ménage, lavage, repassage etc. Et tout ça avec 35 heures. Il y a un grande lessive à faire en 2012. Et surtout sans se tromper.

11/07/2011, 19:59 PAR DANIVANCE

Joli titre Robert, ce Manuel n'est surement même pas un bon danseur.

Il est étonnant que Sarkozy ne lui ai pas encore proposé du boulot.

11/07/2011, 21:20 PAR ROBERT MASCARELL

Tous vos commentaires me font chaud au coeur. En plus, certains sont empreints d'un humour dévastateur.

Je viens de découvrir les possibilités de débats que permet un blog sur Médiapart. Je suis en train d'apprendre à me servir de cet outil.

11/07/2011, 21:42 PAR MAGALY BOCQUET

Je suis entièrement d'accord avec vous de plus, je pense que les 35 heures ont le mérite d’avoir été créées afin de diminuer le nombre de chômeur en France.

Passons le message !

12/07/2011, 06:27 PAR ANNIE MADARASZ-BAUCHET

Quand dans mon "entreprise" nous sommes passés de 39h à 35 h, l' entreprise a embauché 3 personnes, deux à temps plein, une à mi-temps. Le volume de travail s'en est trouvé allégé pour tout le monde et en plus nous avions 4 heures pour nous.

Avec la technologie d'aujourd'hui, il serait possible de travailler que 28 heures semaines afin que le plus grand nombre de gens puisse accéder à un emploi et un salaire correcte. Monsieur Valls a fait le choix de s'occuper de préférence des rentiers et des spéculateurs plutôt que des salariés. La concurrence au bout du compte ruine l' environnement et la santé des êtres humains car le toujours plus vite, le toujours moins cher est contre productif. Combien coûte en énergie, en pollution, en santé des salariés, les tomates d'Espagne, les vêtements de Chine, les voitures des pays de l'est, les centrales d'appels, etc...

Pour moi,depuis 1983, le P.S n'est plus un parti de gauche, il suffit de s'en tenie à la politique que Jospinavait mis en place.

12/07/2011, 11:24 PAR CHRISTIAN CRESEVEUR

Les 35h restent la dernière grande réforme sociale, et je ne comprendrai jamais pourquoi le PS n'a jamais su les défendre avec énergie.

Tout ceux qui sont employés, ouvriers ou autres, et qui en ont bénéficié savaient ce que valaient ce temps libre gagné sur les patrons.

Aussi les contreparties ont été colossales, c'est vrai. Mais fallait-il avoir honte de ça, et / ou dissimuler cet échange qui ne s'est pas complètement fait à l'avantage des salariés? 12/07/2011, 11:36 PAR CHRISTIAN CRESEVEUR

NB. @ Robert Mascarell,

Vous parlez de syndicats collaborationnistes, et je présume que vous visez la CFDT.

Malheureusement , il m'a semblé que pour la réforme des retraites Bernard Thibault n'avait pas fait mieux que Chérèque.

Je crois qu'il faut clairement distinguer la base, où même à la CFDT il y a des gars intransigeants, de la représentation nationale, qui négocie souvent dans le sens d'intérêts qui nous échappent.

Et depuis un peu plus de 10 ans, il y a vraiment beaucoup de choses qui nous ont échappées!

13/07/2011, 20:46 PAR ROBERT MASCARELL

Cher Christian, sous le vocable syndicats collaborationnistes, je ne vise pas spécialement la CFDT, mais tous les syndicats d'entreprises, de branche et/ou confédérés, qui acceptent de signer des accords minoritaires, soit avec les employeurs, soit avec les pouvoirs publics.

Il s'agit pour moi d'une insulte à la démocratie en général, sociale en particulier.

Je n'ai que mépris pour les syndicats qui se prêtent à ce petit jeu détestable.

Franchement, je ne comprends pas pourquoi vous affirmez que sur la réforme des retraites Bernard Thibault n'a pas fait mieux que Jacques Chérèque. Je suis très intéressé que vous éclairiez ma lanterne.

Une chose est sûre : Bernard Thibault n'a rien signé de compromettant avec le gouvernement. Là est l'essentiel.

Commenter cet article