Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

AVERTISSEMENT :

Le débat qui suit est, par bien des côtés, surréaliste. Il l'est parce que c'est un débat entre mon homonyme parfait, Robert Mascarell, et moi-même, Robert Mascarell. Mais nous ne faisons pas partie de la même famille, du point de vue de l'état-civil. Alors que, et c'est très troublant, son fils et la plus jeune de mes petites-filles sont des sosies parfaits.

J'ai découvert son existence, par hasard, sur Google, le 29 décembre 2012.

Le surréalisme est surtout dans le fait que mon homonyme parfait est à l'extrême droite de l'échiquier politique et libertarien sur le plan économique. Alors que je suis membre du Parti de gauche, donc antilibéral, et favorable au socialisme.

Mon homonyme signe ses contributions sous le pseudo de "Quimboiseur". Il écrit des horreurs.

Je vous préviens, les débats entre nous sont d'une violence extrême. Mais, néanmoins, je pense qu'ils sont instructifs.

Samedi 29 décembre 2012 Quimboiseur

Royal Caribbean Cruise Line (RCCL), ce salaud de riche qui dépense 1 milliard d'euros et donne 3 ans de travail à des milliers d'ouvriers ! A bas les riches !

Un milliard dans les poches d'un riche c'est inacceptable ! Il faut tout lui piquer, le taxer à 99% ! A bas les riches ! Vive une France remplie de smicards, de rmistes et de chômeurs. Si vous ne faites pas partie d'une de ces catégories alors vous êtes un connard et un sale riche !

Pour une France remplie exlusivement de smicards, de rmistes et de chômeurs, votez Melanchon !

REPONSE DE ROBERT MASCARELL (moi)

Pour la 1ère fois de ma vie, je ne suis pas fier de m'appeler Robert Mascarell. Exactement comme vous. Comme vous, je suis originaire de Valencia, plus précisément de Gandia, plus précisément de Villalonga.

A coup sûr, nous faisons partie de la même famille, c'est-à-dire d'une famille modeste. Qui a donc dû fuir la misère en Espagne pour émigrer, entre autres, vers la France, en passant par l'Algérie, comme ce fut le cas du rameau des Mascarell dont je suis issu. Jamais, je n'oublierai cette ascendance sociale. Ce que, malheureusement, vous avez fait. Grand bien vous fasse. Malheur aux autres, et vive l'égoïsme forcené, telle me paraît être votre devise.

Et quand vous courrez au secours du grand patronat, capable de dépenser 1 milliard d'euros, pendant que des millions de gens sont dans la misère en France ainsi que des milliards dans le monde, cela donne envie de vomir.

Vous me faites penser à ces esclaves qui prenaient parti en faveur de leur esclavagiste et qui crachaient sur ceux qui, légitimement, n'acceptaient pas leur sort injuste.

Votre inculture historique, politique et économique est probablement à l'origine de toutes vos divagations. Une lecture de l'oeuvre de Karl Marx vous permettrait peut-être de penser avec votre tête et non pas avec votre portefeuille. Bien sûr, si vous en avez le niveau intellectuel et que vous possédez un zeste d'humanité.

Sachez tout de même que je m'honore d'avoir voté pour Mélenchon au 1er tour de l'élection présidentielle. Je suis moins fier d'avoir voté Hollande au second. Même si je pense, malgré tout, que sa politique est moins négative que celle qu'aurait menée Sarkozy.

Reste que l'un comme l'autre inscrivent leur action vers toujours plus de libéralisme mondialisé, à l'origine de la profusion grandissante de smicards, de rmistes et de chômeurs.

Bonne année 2013 au peuple français et du monde entier. C'est-à-dire une année faite de luttes victorieuses contre les horreurs du libéralisme. Peut-être qu'un retour de conscience vous amènera à ouvrir les yeux. C'est le souhait que je formule vous concernant. Bien des choses à votre famille. Je n'oublie pas notre homonymie.

Commentaire n°1 posté par Robert Mascarell (moi)

REPONSE DE QUIMBOISEUR

Vous êtes libre de penser ce que vous voulez et je ne détiens pas la vérité. Si ça se trouve c'est vous qui avez raison sur le plan économique. En tout cas de mon point de vu, je suis un travailleur et j'ai besoin d'employeurs. Et pour avoir des employeurs il faut du capital. Nous vivons dans un monde pseudo-libéral qui nous donne du travail... Meme si c'est vrai qu'il y a de plus en plus de chomage et que ça se dégrade pour les travailleurs. Je ne le nie pas.

D'un autre coté, dans le reste du monde ou il n'y a pas de libéralisme ça n'est pas mieux ! Et la Corée du Nord, je vous la laisse. Sinon j'aimerai que vous vous placiez du point de vu de celui qui crée une entreprise pour voir le monde selon son point de vu. Peut être que cela vous permettrait d'arrêter le dogmatisme absolu et vous permettrait de relativiser vos idées... Bien des choses à votre famille. Bonne année 2013 aux travailleurs qui veulent avancer dans leur carrière...

Commentaire n°2 posté par Quimboiseur

REPONSE DE ROBERT MASCARELL (moi)

Cher homonyme parfait,

Sache que tu n'es pas que mon homonyme parfait. Nous partageons un autre point commun, beaucoup plus étonnant encore.

Figures-toi que l'enfant qui paraît dans ton album photos Estiu 2012, aux numéros 2 à 5, est le sosie parfait de ma petite-fille Charlotte (Charlie pour les intimes). Quand j'ai montré à mes proches les photos de ton fils, tous s'y sont trompés. Ma petite Charlotte, elle-même, s'y est trompée. Dès qu'elle a vu ces photos, elle s'est reconnue. La seule chose qui l'ait étonnée, c'est qu'elle ne se connaissait pas le tee-shirt porté par ton fils. Charlotte est née le 21 novembre 2003.

Tu pourras voir des photos d'elle sur mon mur, dans le groupe Mascarell, auquel tu es également inscrit. Le dernier album photos a été mis en ligne aujourd'hui. Tu pourras voir Charlotte avec moi, aux photos 3, 9 et 10.

Dans un prochain commentaire, je répondrai à ton commentaire fermement et sans concession, mais avec la volonté de faire tomber la pression.

Pour l'heure, c'est la fête et je n'oublie pas que des liens nous unissent. Ils sont certainement plus forts que toi et moi l'imaginions. La ressemblance parfaite entre ton fils et ma petite-fille en est le gage. Je ne te cache pas que je suis extrêmement troublé.

Commentaire n°3 posté par Robert Mascarell (moi)

REPONSE DE QUIMBOISEUR

Te fatigues pas Robert ! Je recois régulièrement des menaces de mort via Internet. Et j'essuie de multiples tentatives d'aproches de la part d'islamistes et de terroristes et autres faschos qui veulent me couper la tête ! Le coup de l'homonyme on ne me l'avait encore jamais fait ! C'est beau ! C'est bien essayé, mais ne te fatigues pas non plus... car sinon je te préviens que ma peau je vai te la vendre très très chèr !

Commentaire n°4 posté par Quimboiseur

REPONSE DE ROBERT MASCARELL (moi)

Tu nages en pleine paranoïa. Parce que, je ne suis pas anonyme et que tu peux vérifier sur ma page Facebook, aussi bien sur mon mur que dans le groupe Mascarell, dans lequel tu es, comme moi, inscrit, que j'y apparais en toute clarté.

Maintenant, s'il te plaît de te raconter des films, libre à toi. Et si des terroristes sont sur ta trace, c'est que tu dois faire ce qu'il faut pour les provoquer. Ce que j'ai lu de toi me le fait craindre. Moi je ne suis pas de ceux-là. J'avance à visage découvert.

Commentaire n°5 posté par Robert Mascarell (moi)

REPONSE DE QUIMBOISEUR

" Ce que j'ai lu de toi me le fait craindre"

Ho ho ho !

Soit ce que j'écris est illégal et contraire à la liberté d'expression et dans ce cas les gens doivent porter plainte contre moi !

Mais si c'est du délit d'opinion et du flicage de la pensée alors là vous vous êtres trompés de pays ! ON est pas en Iran et on est pas en Chine, ni en Corée du Nord ! On est dans un pays démocratique où les gens sont libres de penser... Mais ça un terroriste intégriste a du mal à comprendre ce que c'est que la liberté individuelle. Mais ça ce n'est pas un crime de penser par soi même. Et ce n'est pas à moi de m'excuser devant les terroristes ! C'est plutot à eux de dégager du territoire Français ! Et on ne les regrettera pas je peux te l'assurer !

Commentaire n°6 posté par Quimboiseur

REPONSE DE ROBERT MASCARELL (moi)

En ta qualité d’être humain, tu n’as pas besoin d’employeur, tu as besoin de travailler. C’est-à-dire qu’avec ou sans employeur, tous les êtres humains ont besoin de cultiver pour manger, de se fabriquer des vêtements et de bâtir leur habitat pour se protéger des intempéries, etc.

Le fait qu’il y ait des employeurs ou qu’il n’y en ait pas, n’est que le résultat d’une construction politique et économique voulue ou imposée aux hommes, au gré de circonstances historiques. D’où qu’ils soient.

Le capital n’est pas produit par les employeurs, contrairement à ce que tu crois, mais par les travailleurs. Ce sont eux et eux principalement qui, par leur travail, créent la richesse. Le capital, dans une économie capitaliste saine, c'est possible, c'est du travail transformé en monnaie gagée sur les biens et sur les produits fabriqués, plus facilement échangeable que ces derniers.

Aujourd'hui, l'économie capitaliste est malsaine, elle est donc vouée à sa disparition, parce qu'elle est devenue essentiellement financière. C'est-à-dire que la valeur de la masse monétaire, circulant à la vitesse de la lumière à travers le monde, est largement supérieure à celle des biens et des produits fabriqués (économie réelle).

Quant à penser, comme tu le dis, que nous vivons dans un monde pseudo-libéral, il faut ne rien comprendre à l’économie. Libéralisme et capitalisme ne font qu’un. A l’exception de la Corée du Nord, l’ensemble des pays du monde vit selon les règles du capitalisme, y compris la Chine soi-disant communiste. Certains pays s’essaient à vivre selon une économie mixte, où cohabitent l’économie strictement privée et une dose plus ou moins grande d’économie publique.

Quant à dire que tu me laisses la Corée du Nord. Non merci. C’est comme si moi, je te renvoyais à Hitler. Ce serait d'une bêtise crasse.

En ta qualité de travailleur, que tu le veuilles ou non, que tu en soit conscient ou pas, tes rapports avec tes employeurs successifs sont régis selon les règles de ce que les marxistes appellent la lutte des classes.

Voies-tu, cher Robert, quand un salarié cherche à se faire embaucher par un employeur, il n’a qu’une idée en tête : obtenir le salaire le plus élevé possible, pour la durée de travail la moins longue possible et l’intensité de travail la plus douce possible.

De son côté, l’employeur n’a qu’une idée en tête : embaucher le salarié au salaire le moins élevé possible, pour la durée de travail la plus longue possible et la productivité la plus intense possible.

Cet antagonisme d’intérêt s’appelle la lutte des classes.

Cette règle vaut, que le salarié, ou, en face de lui, l’employeur, soit compétent ou incompétent, gentil ou méchant, bon père ou mauvais père, bon voisin ou mauvais voisin,….. Bref, en supposant que le salarié soit doté de tous les défauts de la création et que l’employeur soit doté de toutes les qualités du monde, ça ne change rien à l’antagonisme d’intérêt les unissant.

L’employeur qui, par bonté d’âme, voudrait payer son salarié plus cher que son concurrent, ne résisterait pas longtemps.

En fonction du rapport de force, d’un moment donné, l’antagonisme d’intérêt est ressenti plus ou moins collectivement par les salariés.

Depuis 1980, environ, les tenants du libéralisme ont, c’est vrai, réussi à faire croire à beaucoup de salariés que la lutte des classes n’existait plus. Ces salariés ont perdu leur conscience de classe. Ils n’ont qu’une approche individualiste de leur relation avec leur employeur. Pour autant, ça n’efface pas que l’intérêt du salarié, même non conscient, est contraire à celui de son employeur. Le seul intérêt commun que l’un et l’autre ont, c’est la pérennité de l’entreprise. Et encore, ce n’est plus le cas dans les entreprises possédées par des fonds de pension.

Mais peut-être fais-tu partie de cette masse innombrable et informe de femmes et d’hommes qui croit à l’existence, pourtant improuvable, de dieu, plutôt qu’à celle, prouvable, de la lutte des classes ?

Tu as l’air de croire que le premier objectif d’un salarié c’est d’avancer dans sa carrière. Non, son premier objectif c’est d’avoir du travail. Ensuite c’est de pouvoir en vivre dignement, lui et sa famille. Enfin, c’est de pouvoir améliorer ses connaissances. Et si, au bout de cette quête, il progresse dans la hiérarchie, ce n’est que la reconnaissance de la qualité de son travail. Le carriérisme n’est pas le moteur de la quasi-totalité des salariés. Les quelques-uns qui ne vivent que pour leur carrière sont souvent ceux qui sont prêts à utiliser tous les moyens pour arriver. S’il faut fayoter, espionner et dénoncer leurs alter egos, pour ce faire, ils y sont prêts.

J’ai trop le sens de l’honneur et de la moralité pour m’abaisser à ces comportements abjects. Il est des périodes de l’histoire récente, où l’on sait où cela a mené les pratiquants de ces vilénies.

Enfin, je veux te dire que mon métier fut d’écrire. En plusieurs décennies d’articles et d’écrits multiples et divers, pour un public large, je n’ai jamais reçu la moindre menace de mort. Et pourtant, je ne suis absolument pas consensuel. Mes articles ne sont pas écrits à l’eau de rose. Si tu es à ce point assailli, tu devrais te livrer à une introspection.

Robert Mascarell

croit plus que jamais

à l’existence, prouvable, de la lutte des classes

qu’à celle, improuvable, de dieu

Commentaire n°7 posté par Robert Mascarell (moi)

REPONSE DE QUIMBOISEUR

He béé ! Je suis surpris par ta science économique ! Moi qui croyais que les anti-capitalistes primaires de Melanchon étaient inaptes à la compréhension des mécanismes économiques, me voila bien surpris ! Je n'ai pas l'intention de te contredire, ce que tu dis est argumenté et plausible. Au moins ce n'est pas du dogmatisme primaire et donc je peux respecter ton point de vu...

Dommage que vous ayez toujours des discours qui font peur et qui font fuir les investisseurs. Si au moins les débats avait ce niveau d'argumentation alors ce serait interressant de vous écouter...

Commentaire n°8 posté par QUimboiseur

REPONSE DE ROBERT MASCARELL (moi)

Enfin des paroles qui commencent à être sensées. Encore un effort camarade et tu seras au point.

Tu me reconnais une science économique, je t’en remercie. Mais sache qu’elle est nettement inférieure à celle de Mélenchon. Et je le regrette. Mais voilà, tu n’as manifestement pas fait l’effort de l’écouter. Comme beaucoup de nos concitoyens, tu ne t’en tiens qu’à la forme. C’est pourquoi, détrompes-toi, les débats qui se déroulent à l’intérieur du Parti de gauche, dont je suis membre, ont le niveau d’argumentation que tu veux bien me reconnaître.

Dussé-je te surprendre, sache que Mélenchon, comme les militants du Front de gauche, n’ont rien contre l’aide aux entreprises privées, sous la forme d’exonérations sociales et fiscales. Mais ils entendent que ces aides soient réellement investies dans la production et soient créatrices d’emploi en France. Ces aides ne devront donc être allouées que sous un strict contrôle de l’Etat et après qu’aient été mises en place toutes les possibilités de sanction à l’encontre des entreprises qui voudraient s’affranchir de leurs engagements. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Contrairement à ce que tu crois, parce que tu écoutes trop les déclinistes libéraux, les investisseurs étrangers ne fuient pas la France. En 2011, pour la troisième année consécutive, la France a été la première terre d’accueil européenne pour les implantations industrielles.

Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que les investisseurs étrangers reconnaissent le savoir-faire des travailleurs français. Parce qu’ils savent aussi que dans notre pays, grâce à la qualité de ses services publics, ils peuvent compter sur des infrastructures de qualité. Il y a évidemment d’autres raisons, tout aussi positives. C’est pourquoi, nous les travailleurs, nous devons défendre les services publics et même faire tout pour les renforcer. Sache que l’Etat et les services publics sont les seuls garants de l’intérêt général. A l’inverse, les plus fortunés ont un intérêt évident à vouloir détricoter les services publics, à vouloir tout libéraliser. Plus les salariés sont précaires et plus ils font leurs choux gras, mais moins l’économie marche, puisque les salariés ne peuvent plus rien projeter.

Comment un salarié comme toi, peut-être même cadre, peut-il à ce point être aveugle et épouser les thèses les plus extrêmes du libéralisme et de ceux qui ne cherchent qu’à t’exploiter ? Il est vrai que ton pseudo « le quimboiseur » est à soi seul tout un programme. Le quimboiseur, tu le sais bien, c’est un sorcier, un jeteur de sort, un guérisseur, bref un charlatan. Tu ne peux pas avoir choisi ce pseudo par hasard. Tu me parais donc mûr pour toutes les balivernes qui passent.

Commentaire n°9 posté par Robert Mascarell (moi)

Commenter cet article