Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Débat G Sorman et R Mascarell

Ulsan, 100 navires par mois

Devant moi, le chantier naval de Ulsan, Hyundai , leader mondial : on travaille ici 45 heures par semaine mais pas le week-end. A technologie comparable, la quantite de travail fait toute la difference entre un chantier coreen et disons, un chantier francais. Ici, pas un conflit du travail depuis 16 ans, dans un pays ou les syndicats sont des puissances : les salaires negocies augmentent de 5% par an. Les gains de productivite et les innovations compensent cette croissance des salaires. Du passe autoritaire, dictature des annees 60 et tradition confucianiste, de la Coree, subsistent les uniformes: tous, du President aux manoeuvres portent le meme blouson peu seyants. Il n'empeche que tous les Coreens veulent travailler ici Hyundai Heavy Industry est le premier choix des etudiants diplomes.

Une inquietude? La Chine qui recopie tout: mais la capacite d'innovation chez Hyundai garantit plusieurs annees d'avance sur la Chine. Celle-ci, parce qu'elle n'innove pas, se condamne a rester un eternel second. Du moins, est-ce la situation actuelle et l'analyse de Hyundai. Dont le premier client est actuellement Total.

Guy Sorman 22 janvier 2011 à 00:37 | Lien permanent

MA REPONSE (RM)

Je ne connais pas assez la situation en Corée du sud pour entrer dans un débat savant avec vous. D’ailleurs, êtes-vous, vous-même un vrai connaisseur de ce pays ?

Ce que je sais, c’est que ce pays, pour des raisons de concurrence avec son voisin la Corée du nord et avec la Chine, a bénéficié d’une aide considérable des Etats-Unis et, plus largement, des pays occidentaux.

A la limite, là n’est pas le problème.

Ce que je retiens de votre article c’est votre conception du progrès social. Ah, si seulement les travailleurs français pouvaient travailler 45 heures par semaine, comme leurs homologues coréens ! Cela ferait tellement de bien aux capitalistes français.

Si vos vœux étaient exaucés en France, nous reviendrions à la durée du travail qui prévalait, à peu de chose près, pendant les années 1919 à 1935.

Je vous propose d’être cohérent jusqu’au bout : allez faire un voyage au Bengladesh, en Chine, en Inde, et vous pourrez, chaque fois, nous envoyer un article où vous vous extasierez devant des salariés travaillant 60, 70, 80 heures par semaine, sans conflits sociaux, ou si peu. Vous y verrez même des enfants travailler.

Ce cynisme qui caractérise les libéraux comme vous, me fait dire que la lutte des classes, loin de s’estomper, a encore de beaux jours devant elle, en France comme dans le monde.

Ce raisonnement pourrait valoir également pour la durée du travail. Elle est passée de 84 heures par semaine en 1848, à 70 heures en 1900, 60 heures en 1906, 48 heures en 1919, 40 heures en 1936, 39 heures en 1982, 35 heures en 2000.

@ Mascarell : « Je ne connais pas assez la situation en Corée du sud pour entrer dans un débat savant avec vous. D’ailleurs, êtes-vous, vous-même un vrai connaisseur de ce pays ? »

Il est dommage de poster des dizaines de messages sur le billet de notre hôte intitulé : « le capitalisme a digéré la crise » et ne pas se souvenir des réponses & messages qu’il nous transmet !

Ainsi le 4 janvier 2011, GS qui est un grand voyageur nous répond:

« Sur la Corée, voir L’Economie ne ment pas : je crains qu'il ne se trouve rien d'autre en Français. Full disclosure: je suis "Global adviser" du président sud coréen. »

Eh oui cher Mascarell , demandez à votre cellule d’investir dans autre chose que le Capital, vous pourriez être informé sur la Corée du Sud par l’un des Conseillers du Président coréen !

@ Mascarell toujours aussi avisé : « Je vous propose d’être cohérent jusqu’au bout : allez faire un voyage au Bengladesh, en Chine, en Inde »

Toujours aussi dommage de ne pas se souvenir ou de « ne pas savoir lire » les réponses de GS, celle du 3 janvier 2011 sur le même fil que précédemment ou GS nnous écrit:

« Dans mon cas, né après la Seconde Guerre, et issu d'une famille pauvre, immigrée et décimée, je suis surtout sensible aux progrès accomplis depuis lors. Pour avoir vécu en Inde, je suis également sensible aux avancées des pays pauvres et à la méthode qui leur a été, à l'expérience, la plus avantageuse.

L'expérience d'une vie colore évidemment le jugement. »

Il est vrai que les personnes, leurs textes et leurs réponses vous importent peu en général, vous débitez froidement votre bréviaire marxiste, perle après perle, sans aucune considération que

http://gsorman.typepad.com/guy_sorman/2011/01/le-capitalisme-a-dig%C3%A9r%C3%A9-la-crise.html?cid=6a00d834521ba869e20147e141d788970b#comment-6a00d834521ba869e20147e141d788970b

Rédigé par : Alain Soler | 23 janvier 2011 à 19:21

MA REPONSE (RM)

@ Alain Soler

Je vous dois un aveu : la pensée de Guy Sorman ne m’émeut pas au point d’encombrer ma mémoire des détails de sa vie.

Je suis évidemment sensible au fait que GS soit issu d’une famille pauvre, immigrée et décimée. En revanche, je ne me laisse pas impressionner par les titres d’un homme, ni par les lieux où il a vécu.

Par exemple, trois jours avant la fuite sans gloire de Ben Ali, l’ambassadeur de France en Tunisie câblait que Ben Ali contrôlait la situation. Le 14 juillet 1789, le roi Louis XVI écrivait sur son journal intime : « Rien ». Enfin, combien d’économistes libéraux, très médiatisés, pontifiaient doctement, quelques semaines avant la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, sur la reprise mondiale les mois et années suivantes. J’ai les noms, comme aurait dit Coluche.

Croyez bien que tous ces personnages se prétendent des spécialistes.

Pour moi, l’important ce n’est pas ce que l’on est ou ce que l’on prétend être, mais c’est ce que l’on dit et surtout ce que l’on fait.

Ce qui est désarmant en vous lisant, c’est que vous ne savez pas lire un texte.

Voyez-vous, lorsque je lis un texte je m’efforce aussitôt d’en dégager l’idée force. Et si vous n’avez pas compris que dans ce petit articulet, Guy Sorman veut instiller l’idée selon laquelle les Français devraient travailler plus longtemps et se taire, c’est que vous êtes bouché à l’émeri. A moins que vous ne soyez un de ces patrons qui se plaisent à exploiter leurs salariés. Et si vous êtes un salarié, votre cas est encore plus affligeant.

Dans tous les cas, vous n’êtes pas de taille à me faire taire, ni à me faire courber la tête.

Je sais que cela ne servira pas à grand chose, mais je poste quand même à l'intention particulière de Mascarell et Empereur une vidéo montrant l'évolution du monde durant les deux cents dernières années:

http://www.youtube.com/watch?v=jbkSRLYSojo&feature=player_embedded

Rédigé par : El oso | 23 janvier 2011 à 19:37

MA REPONSE (RM)

@ El oso*

Dans le cas présent, votre invitation à regarder la vidéo sert d’autant moins, que je ne pratique pas suffisamment bien l’anglais pour en saisir toutes les subtilités.

Que voulez-vous, je n’ai que mon certificat d’études.

Certes, une quinzaine d’années après l’âge du certif, les circonstances de ma vie m’ont permis de suivre les cours du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes à Paris. Ma plus grande fierté, c’est que moi, le fils d’ouvrier, Bac - 5, je suis sorti major de la promotion 1973, devant des Bac + 3, + 4, + 5.

Mais je suis toujours resté fidèle à mes origines sociales. J’ai refusé de faire la carrière qui s’offrait à moi, pour pratiquer un journalisme proche de mon idéal. Si vous saviez combien, frôlant les 70 ans, je me sens riche de toutes mes fidélités. Sans que jamais mon esprit critique en ait été altéré, où que ce soit, même au milieu de mes amis politiques.

@ Mascarell : «la pensée de Guy Sorman ne m’émeut pas au point d’encombrer ma mémoire des détails de sa vie. »

C’est pourtant vous qui souhaitiez émouvoir GS en l’invitant à se rendre en Inde pour y rencontrer la pauvreté et l’exploitation alors qu’il nous avait écrit : « Pour avoir vécu en Inde » nous faisant part de sa sensibilité aux progrès des pays pauvres ! Idem pour la Chine, pays qu’il connait bien!

Qu’il ait vécu en Inde vous avait échappé, comme le fait qu’il puisse être un vrai connaisseur de la Corée du Sud et un Conseiller du Président.

@ RM « Pour moi, l’important ce n’est pas ce que l’on est ou ce que l’on prétend être, mais c’est ce que l’on dit et surtout ce que l’on fait. »

Je partage volontiers cette citation, mais alors, pourquoi ne vous êtes-vous pas indigné avec moi, des propos insupportables de Mélenchon, un candidat à l’élection présidentielle, face à un jeune journaliste stagiaire : petite cervelle, ta tête est pourrie, métier pourri… joignant le geste à la parole!

A aucun moment cet individu – Mélenchon - n’aura exprimé le moindre regret ; comment, alors que vous vous prétendez « journaliste » pouvez-vous non seulement vous taire mais également militer pour les méthodes totalitaires de ce dangereux populiste.

Dans ces conditions, il devient particulièrement - Risible - de vous lire stigmatisant vos cibles d’un "Georges Marchais" vengeur, ce miroir ridicule de vos propres faiblesses !

à RM « Guy Sorman veut instiller l’idée selon laquelle les Français devraient travailler plus longtemps et se taire »

Une fois de plus il me semble que vous ne savez pas lire ; GS qui ne fait pas mystère de ses choix de société fait l'apologie du dialogue social et assume l'évidence: c'est le travail qui crée de la richesse.

En constatant que les partenaires sociaux des chantiers navals de Hyundai Heavy Industry négocient régulièrement depuis 16 ans, les représentants des salariés auraient ainsi obtenu chaque année une augmentation salariale de 5% !

Où voyez-vous qu’ils se taisent, alors qu’au contraire ils savent se faire entendre pour obtenir une meilleure rémunération - en plus d’un emploi régulier - ce que les salariés des chantiers de St Nazaire seraient peut être ravis de pouvoir bénéficier : l’emploi d’abord, les augmentations ensuite !

Les Sud-Coréen travaillent beaucoup, c’est en effet par le travail qu’ils sont sortis du sous-développement; un horaire de travail de 45 heures par semaine est certes supérieur à la moyenne européenne, pour autant les législations du travail, tant en France qu’en Europe autorisent légalement des horaires plus élevés.

Dans les faits les chantiers de St Nazaire et leurs sous-traitants qui peinent à disposer d’une charge de travail régulière, alternent des périodes de contrats nécessitant souvent des horaires excessifs +45h/semaine pour tenir les délais et de longues périodes de travail partiel et de plans sociaux ;

le tout dans la douleur de conflits répétés et interminables et avec le soutien du contribuable français par le Fonds d’Investissement Stratégique pour les maintenir artificiellement en vie!

Dès qu’un contrat naval est signé le premier réflexe c’est la grève, qu’imaginez-vous qu’il advienne ?

Alain

Rédigé par : Alain Soler | 25 janvier 2011 à 19:44

MA REPONSE (RM)

@ Alain Soler

Guy Sorman connaît les pays du monde entier, puisqu’il est probablement omniscient, mais à la manière dont Georges Marchais connaissait parfaitement l’Union soviétique. L’un avec des lunettes d’ultralibéral aveuglé, l’autre avec des lunettes de prosoviétique fanatique.

Loin de moi l’idée d’envoyer Guy Sorman en Inde pour l’émouvoir. En dépit de tout, j’ai foi en l’homme. Chacun de nous peut être lucide, fut-ce furtivement. Pourquoi pas GS ? Donc, dans un instant de félicité, peut-être entreverrait-il les ravages causés par le libéralisme, dans ce pays et dans d’autres.

Décidément, l’analyse des textes n’est pas votre fort. Vous semblez ne pas avoir compris ce que j’ai dit : être conseiller d’un président ou, apparemment, connaisseur d’un pays, ne suffit pas. Les soi-disant experts qui ne voient rien sont légion.

Votre Grand Saint serait donc un apôtre du dialogue social. Sans blague. Pour ce qui est de son art de dialoguer avec les puissants, je vous le concède. Pour le reste, il n’est que de voir la morgue hautaine qu’il affiche à la télévision pour se convaincre de l’inverse. Toutefois, je reconnais à votre Grand Saint son grand respect de la liberté d’expression. Cela n’efface pas qu’il soit un suppôt des dirigeants du libéralisme mondialisé. Chacun connaît leur sens du dialogue social.

Heureusement, des peuples commencent à sortir de l’ombre.

Evidence pour évidence, je vous en propose une autre : c’est le travail des TRAVAILLEURS qui crée la richesse. Les grands capitalistes de ce monde, eux, créent LEURS richesses sans travailler, mais en spéculant. Avec la bénédiction de votre Grand Saint omniscient.

Bref, s’il vous plaît d’être jocrisse, grand bien vous fasse. Moi, ça ne me fait pas de mal.

L’ « individu » Mélenchon est effectivement mon camarade, mieux, mon ami. Comme tout véritable ami, je ne suis pas complaisant. Je n’hésite donc pas à lui dire ce qui me plaît dans ses analyses et ce qui me gêne dans ses emportements.

Ce qu’il pense de beaucoup de mes confrères, je le pense aussi. Mais je trouve qu’il leur fait trop d’honneur. Il leur parle comme s’il s’agissait de personnages de première grandeur, alors que ce ne sont que des instruments manipulés par ceux qui les payent. L’ennemi ce ne sont pas les journalistes, mais leurs patrons. Même, si ces confrères partagent leurs idées. Ils ont même été recrutés pour cette raison.

A propos du traitement qu’il a réservé à l’étudiant-journaliste, je considère que Jean-Luc Mélenchon s’est encore plus trompé de cible. Il se serait grandi à lui présenter ses excuses.

Mais il ne s’agit-là que de l’écume du personnage. Sa culture et ses analyses sont d’une grande pertinence, et même d’une grande profondeur. Je partage sa vision sociale, économique, de l’Europe,…. Souvent, j’apprécie son franc-parler vigoureux. Je souhaite donc qu’il soit le candidat du Front de gauche en 2012.

Commenter cet article