Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

A PROPOS DE L’EUROPE FEDERALE

REPONSE A L’EDITO DE JACQUES JULLIARD DANS MARIANNE N° 744 DU 23/07/11

Monsieur Julliard, je loue votre souhait que se constitue une Europe fédérale, via un mariage Sarkozy et Merkel, mais vous me donnez l’impression de considérer qu’elle tient à la volonté de ces deux dirigeants, ou, comme François Hollande, à la fusion du président du Conseil européen et de celui de la Commission. Laquelle fusion donnerait naissance à un gouvernement économique de l’Europe.

Je pense que vous, comme Hollande, mettez la charrue avant les bœufs.

Il ne peut y avoir d’Europe fédérale tant que les niveaux de développement économique, de fiscalité, de protection sociale, de respect de l’environnement,….. sont aussi disparates entre tous les pays appelés à constituer cette Europe. Dans l’hypothèse d’une indispensable harmonisation, resterait à régler ensuite le problème, quasi insurmontable, du sens dans lequel elle se ferait. Vers le haut ou vers le bas ?

En outre, il ne peut y avoir d’Europe fédérale dans le cadre du Traité de Lisbonne. Ce traité interdit toutes les harmonisations nécessaires, mais surtout, il est fondé sur le principe de la concurrence libre et FAUSSEE, non seulement entre l’Europe et le reste du monde, mais aussi entre ses membres. Vous allez peut-être m’objecter que dans le texte du traité on parle de concurrence libre et non faussée, sauf que dans les faits ce n’est pas vrai. Et, à supposer que le principe de la concurrence libre et non faussée serait respecté entre les pays membres de l’Union européenne, cela resterait, pour moi, une incongruité. Imagine-t-on une concurrence entre les régions françaises ?

Et ce n’est qu’une fois qu’auront été résolus les problèmes d’harmonisations, de concurrence et de Constitution, que pourra être constituée une Europe fédérale et envisagé le problème de ses instances dirigeantes et de leur mode d’élection. Etant bien entendu que l’Europe fédérale que j’appelle de mes vœux ne peut être que démocratique, à savoir que ses représentants doivent être élus au suffrage universel direct.

A toutes fins utiles, je vous rappelle que ni Van Rompuy ni Barroso ne sont des élus européens.

Commenter cet article