Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

Je prends conscience que, par un curieux effet de mode, même dans les rangs les plus éclairés, certains succombent, peu ou prou, au poison du dénigrement des partis politiques. La félicité résiderait dans LE CITOYEN, inorganisé si possible. De lui seul peut sortir le vrai, le juste, le bon.

Le citoyen est à ce point bon consubstantiellement, que certains vont même jusqu’à récuser les partis politiques et leurs membres, et à considérer que le tirage au sort pourrait être le moyen de choisir, parmi les participants à une assemblée de citoyens, celui qui, comme candidat à une élection politique, portera la parole et les intérêts de ses congénères. Pourquoi ne pas faire de la candidature à l’élection un des lots à gagner d’une tombola, tant qu’on y est ? Ça rapporterait de l’argent aux organisateurs de la réunion en plus. Absurde.

Il s’agit là de la forme extrême de ce que j’appelle la religion du citoyen. La forme plus adoucie de cette religion me laisse tout aussi perplexe. Elle consiste en l’élection par l'assemblée de citoyens du candidat volontaire y participant. Autant que possible, voire condition sine qua non, il vaut mieux que le candidat en question ne soit pas adoubé par un parti, pour qu’il n’y ait aucun soupçon de récupération.

A ce petit jeu là, il ne faudrait pas qu’on en arrive à considérer que les membres d’un parti politique ne sont pas des citoyens comme les autres, devant faire l’objet de l’opprobre général. Pour ce qui me concerne, je n’ai pas honte d’être membre du Parti de gauche. Je m’y sens entouré de femmes et d’hommes à l’esprit ouvert, tolérant et démocratique, rompus à tous les pièges que tendent les adversaires politiques.

Qui ne voit que cette mode est en réalité orchestrée par ceux qui ne veulent surtout pas de la démocratie. Les syndicalistes vont me comprendre.

Dans nombre d’entreprises, en effet, les patrons font tout pour contourner les syndicats représentatifs. Ils préfèrent avoir affaire à des représentants du personnel maison, dont ils ont suscité la candidature. Ces élus complaisants sont évidemment plus facilement manipulables que ceux organisés dans des syndicats dignes de ce nom.

Le parallèle entre citoyens inorganisés et représentants du personnel sans étiquette syndicale me paraît devoir être fait pour illustrer l’impasse que constitue la religion du citoyen non engagé.

Quitte à passer pour un vieux con, cette manière de faire ne me paraît pas être un exemple de démocratie. La politique c’est beaucoup plus sérieux que cela. La gestion du bien public aussi.

La grande prêtresse de cette religion est Ségolène Royal. Malheureusement, nous la vraie gauche, je pense que nous y sacrifions trop. Certes à notre manière plus exigeante, mais en contribuant qu’on le veuille ou pas à la défiance envers les partis. Les débats autour de la préparation des élections départementales et régionales en sont l’illustration.

Faire de la politique ce n’est pas seulement participer épisodiquement ou occasionnellement à une réunion publique et y soulever une question qui vous tient à cœur, et de là, si la prestation a été réussie, apparaître comme un candidat possible.

Faire de la politique c’est s’engager au long cours dans une organisation politique, autour d’un projet global de vie en société. Le parti politique, tel que nous le concevons dans la vraie gauche, est un lieu d’éducation populaire, où s’acquièrent lentement, au contact des autres, des connaissances en matière d’histoire, de philosophie, d’économie, de gestion et d’organisation et évidemment d’expression orale et écrite. Mais l’engagement politique c’est aussi du militantisme de base : distribution de tracts, collage d’affiches, porte à porte. Pas seulement pendant les campagnes électorales. Bref, le candidat aux suffrages des électeurs n’est pas choisi sur un coup de cœur ou par je ne sais quelle improvisation.

Je suis évidemment favorable à l’organisation d’assemblées citoyennes, avec débats les plus larges et les plus libres possibles. Avant, on appelait ça : réunions publiques. C’est un des moyens pour beaucoup, d’entrer en politique et d’adhérer à l’organisation politique de leur choix. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Sauf circonstances exceptionnelles, situation révolutionnaire par exemple, les candidatures spontanées ne donnent aucun gage de sérieux.

Je soutiens aussi tout ce qui peut donner plus de pouvoirs aux citoyens. C’est même pour cela que j’ai signé l’appel pour le Mouvement en faveur d’une 6ème République.

Entre autres propositions pour avancer vers une vraie démocratie citoyenne, le recours au référendum populaire y sera facilité. Mais surtout, la possibilité sera donnée aux citoyens de pouvoir révoquer en cours de mandat leurs élus politiques. Évidemment, la mise en œuvre de ces pouvoirs devra faire l’objet d’un certain nombre de conditions.

Commenter cet article

PUECH BERNARD 26/01/2015 15:20

Bonjour mon cher Robert,

Ton article est prémonitoire et tu as bien senti que ce qui reste de Gauche non socialiste était en train de se fourvoyer dans des démarches incompréhensibles.
Ton texte en en dessous de la réalité. Celle ci dépasse la fiction
J’ai fait l’effort malgré de la neige d’assister au” forum départemental pour un appel à une majorité citoyenne en Aveyron” avec espoir d’un débat offensif pour une alternative crédible.
J’ai assisté à une réunion surréaliste ,sans âme , sans vision politique. J’ai voulu interpeler un des initiateurs sur la vacuité du non débat , il m’a été répondu que ce n’était pas le lieu et que j’étais plus intelligent que les autres ce qui est vrai. Au royaume des aveugles le borgne est roi. Alors que notre Pays est au bord de l’implosion sociale et démocratique, que la politique de trahison et de renoncement du PS valide toutes nos analyses, qu’un boulevard pour une autre politique nous est offert, il est incompréhensible et criminel pour notre peuple qui souffre que des responsables politiques continuent à s’enfermer dans des pratiques politiques politiciennes dépassés et sans espoir . Vouloir déconnecter les élections locales des choix politiques nationaux est une folie irresponsable. Le texte de l’appel est d’une insignifiance politique désespérante. Sans détenir la vérité révélée au moins trois raisons expliquent ces choix politique désastreux.
1- La rupture totale avec le PS ne veut pas être affirmé clairement, que feront les candidats de cette nébuleuse citoyenne au 2 eme tour. La présence D’un Conseiller Général sortant PS (ce serait un frondeur, la belle blague) qui serait soutenu par le PCF me conforte dans mon analyse. Pour mémoire la baisse des retraites c’est le PS, la retraite à 66 ans c’est le PS, la baisse des dotations aux collectivités locales c’est le PS..... Frondeur ou pas ces textes sont passés grâce à eux
2- Le choix d’accepter de s’inscrire dans un choix Européen assumé indépassable empêche toute démarche de rupture complète sur nombres de sujets économiques,sociaux et démocratique. Qui peut croire encore que l’on va changer ce monstre repoussant qu’est l’'Europe de Merkel/Junker de l’intérieur.
3- Certains se complaisent encore dans des démarches de tambouille locale politicienne en voulant nous faire prendre des vessies pour des lanternes.Pitoyable!
Comme un malheur ne vient jamais seul Jean Luc Mélenchon dans le JDD d’aujourd’hui rêve d’une alliance avec Cécile Duflot:”je veux que nous gouvernions ce pays pour refonder l’Europe .J’ai toujours voulu gouverner.ça , je l’ai en commun avec Cécile Duflot: nous ne sommes pas de cette vielle gauche purement contestataire”.Fermez le ban et la gauche avec. Entendre depuis 20 ans vouloir refonder l’Europe est un argument d’impuissance. Il n’y a rien à refonder, il faut la quitter. Nous avions “le suicide français” nous avons maintenant “le suicide de la gauche française” ,il est vrai que nous sommes dans un pays déprimé.
A titre personnel je souhaite et je ferais tout pour faire battre tous les candidats qui se réclameront du PS. Dans une période que nous avons connu cela s’appelait “le vote révolutionnaire” quel joli mot!

Dans l’attente de jours meilleurs pour la Gauche et notre Pays,Mon cher Robert je t’avoue mon pessimisme et ma colère comme d’autres camarades que j’ai vu à ce forum qui marquera l’histoire de la Gauche Aveyronnaise.

Ah! j’oubliais le nouvel outil imparable de la démarche révolutionnaire citoyenne s’appelle “LES RUCHES”.

Mes amitiés
BERNARD PUECH

bochaton christian 25/01/2015 16:56

excellent Robert,un syndicaliste qui te comprend très bien

COURBOT 25/01/2015 08:57

Trés bien Robert as tu remarqué que je n'ai pas signé ces textes de regroupements soit disant citoyens.Alors qu'a st aff j'ai foncé pour monter la surréaliste et mis en place le tirage au sort des élus.Etre dans le mouvement mais maintenir la main sur le timon sans renier son appartenance enfin etre debout ne pas se cacher.
Robert nous représentons la vieille garde gardiens des valeurs fondamentales et surtout sans appétit personnel ne devrions nous pas travailler ensemble ? Bien à toi et ta famille Georges.