Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

Pendant l’émission « Des paroles et des actes », diffusée jeudi soir 18 septembre sur la 2ème chaîne de télévision, à laquelle participaient, entre autres, Pierre Laurent, François Bayrou et une syndicaliste de FO de l’entreprise GAD en Bretagne, j’ai réagi spontanément sur ma page Facebook, au spectacle affligeant donné par François Bayrou, que pourtant je respecte beaucoup habituellement.

Dans un numéro savamment préparé, il nous a fait le coup, déjà fait par bien d’autres avant lui, de la comparaison entre le tout petit Code du travail suisse et l’énorme Code du travail français, et, joignant le geste à la parole de sortir les deux codes et de les balancer sur la table, sous les applaudissements du public. Son effet était réussi. Son but était, évidemment, de faire comprendre aux téléspectateurs qu’il fallait à tout prix alléger le Code du travail français, pour permettre à notre pays de redevenir compétitif.

Devant ce numéro manifestement réussi par Bayrou, Pierre Laurent est resté totalement impassible.

Mon sang n’a fait qu’un tour. Alors qu’il y a tant à répondre. Comment le secrétaire général du Parti communiste français a-t-il pu rester muet ? Par avance, je n’accepte pas que l’on me dise que c’est parce qu’il a été surpris. Depuis des mois, ce numéro nous est constamment fait, à la radio ou à la télé, par les dirigeants de la droite et du patronat. D’ailleurs, le 6 mai 2014, j’ai mis sur mon blog, sur le lien suivant : http://robertmascarell.overblog.com/2014/05/de-l-epaisseur-du-code-du-travail.html

un article intitulé « De l’épaisseur du Code du travail », avec images à l’appui, où je fais litière de ce mensonge honteux. Je ne saurais trop vous recommander de cliquer sur ce lien, soit pour vous rafraîchir la mémoire, soit pour en prendre connaissance.

Devant le cynisme de Bayrou et l’inertie de Laurent, j’ai spontanément dit mon courroux sur ma page Facebook, pendant l’émission, dans les termes suivants : « Je suis en train d'écouter le débat sur la 2ème chaîne. Heureusement qu'il y a la syndicaliste de FO, parce que Pierre Laurent est particulièrement décevant. J'ai l'impression qu'il a pris des somnifères. Mais comment a-t-il pu laisser faire le sale numéro de Bayrou sur le poids considérable du Code du travail français par rapport au Code du travail suisse ? Le Code du travail français ne pèse pas 3000 pages, mais moins de 700. Celui que Bayrou a présenté est additionné de commentaires sur les articles et d'extraits d'arrêts de la Cour de cassation. Laurent est en train de me faire regretter Marchais, et pourtant je l'ai combattu. La syndicaliste de FO est remarquable. Vive la CGT ! Quelle déception ! »

Des camarades communistes n’ont pas apprécié que je puisse critiquer leur secrétaire général, soit sur Facebook, soit sur ma messagerie, soit en privé. Alors même que je ne critiquais pas ses propos sur le fond. J’étais même d’accord avec ce qu’il disait, mais son manque de combativité vis-à-vis de ses opposants, de nos opposants, est tel que ça en est désespérant, et qu’à mon avis, il en est inaudible.

Que ces camarades se rassurent, je n’hésite pas à user de mon esprit critique, de ma liberté de ton vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon, l’ex-président du Parti de gauche, dont je suis membre depuis sa création. De 2005 jusqu’à la création du Parti de gauche, j’ai même fait partie du club PRS fondé par JLM, alors qu’il était encore membre du Parti socialiste.

Pour preuve de mes dires, je propose à ces communistes choqués de cliquer sur les liens suivants de mon blog : http://robertmascarell.overblog.com/m%C3%A9lenchon-et-le-tibet et http://robertmascarell.overblog.com/d%C3%A9bat-sur-m%C3%A9lenchon-avec-une-dirigeante-du-modem-0.

Le premier lien correspond à un billet que j’ai écrit en avril 2008, en réaction aux déclarations de JLM sur le conflit entre la Chine et le Tibet. Le second lien correspond à un commentaire que j’ai écrit le 10 mai 2013, dans le cadre d’un débat que j’ai entretenu avec une dirigeante nationale du MODEM. J’y fais justement des réserves sur la manière d’être de JLM à la télévision et plus largement devant les journalistes.

Entre la passivité de Laurent et la trop grande fougue de Mélenchon, il doit y avoir un juste milieu.

Reste qu’aucun de mes camarades du Parti de gauche n’a été choqué de ma liberté de ton vis-à-vis de notre dirigeant le plus emblématique.

De ce petit fait, qui ne compromet nullement ma volonté que nous continuions à travailler ensemble au sein du Front de gauche, j’en tire la conclusion qu’au Parti communiste il y a encore trop de ses membres qui ont le petit doigt sur la couture de leur pantalon, comme en 1950. C’est très dommage pour eux, mais c’est aussi gênant pour l’image de leur Parti et très dommageable pour les relations entre les organisations membres du Front de gauche.

Cela dit, les traces de ces esprits caporalisés ne sont pas propres au PCF. Elles existent aussi au sein du PS, de l’UMP et du FN, et peut-être même, qui sait, au sein du Parti de gauche.

Où que ce soit, ces comportements nuisent au bon fonctionnement de la démocratie. Réfléchissons, réfléchissons sans cesse par nous-mêmes.

Commenter cet article

Moi 06/11/2014 11:59

J'ajoute que tous les articles du code du travail ne concernent pas tous les employeurs (ni tous les salariés).
Il y a des dizaines de pages sur les Prud'hommes, sur des industries particulières comme les transport, les mines,etc.
D'autres sur les TOM et DOM.
Un paquet sur les institutions diverses du personnelqui, là encore, ne concernent pas tout le monde.
Et plein d'autres.
Bref, ceux qui jouent à faire peur avec le code du travail sont des menteurs.
Quand ces gens là assurent leur maison ou leur voiture, s'indignent-ils de l'épaisseur du code des assurances ?
Quand ils font leurs courses, ils connaissent l'épaisseur du code du commerce ?

Robert Mascarell 06/11/2014 15:00

Excellentes et très utiles remarques.

Redon G 23/09/2014 10:22

Bravo .Je me suis fait la mémé réflexion que vous devant ma télé l'autre soir . J'ai trouvé P. Laurent particulièrement " mou " par comparaison à la force ( la violence ) du geste de Beyrou devant des millions de gens . Pourtant P. Laurent aurait du s'y préparer car le Bayrou à déjà fait ce même "cinéma" dans l'émission de Ruquier …Visiblement le béarnais cherche à se faire financer sa énième campagne présidentielle ( Ni gauche , ni gauche ) .Quant à Laurent, je met son manque de réactivité sur le compte de sa personnalité, il est souvent mal à l'aise dans ce genre de situation . Marie Georges aurait été plus réactive . Beaucoup d'admiration et de sympathie pour Jean Luc Mélenchon , mais j'aime pas quand il fait marrer ses contradicteurs . A ce moment là, j'ai mal pour nos convictions ...

Robert Mascarell 23/09/2014 17:05

Je suis d’accord avec tes remarques.

Michel Cornillon 21/09/2014 19:06

Je pense depuis le début que JLM aurait dû se débarrasser du PC (surtout de Pierre Laurent, apparatchik et fils à papa) et faire en sorte d'attirer à lui, par l'intermédiaire du FdG, les militants communistes sincères. Je me suis à plusieurs reprises exprimé la-dessus en pure perte.
Résultat : le Front de Gauche est à l'arrêt tandis que le FN monte en puissance.
Et puis ceci me gêne chez la gauche de la gauche : son matérialisme obsolète.

Robert Mascarell 23/09/2014 17:04

Sans le PCF, il n’y aurait pas eu de Front de gauche, d’autant plus que le NPA, l’autre partenaire possible, s’est enfermé dans une attitude sectaire. Et, seul, le Parti de gauche était condamné d’emblée à n’être qu’un groupuscule.
Quant à Pierre Laurent, c’est probablement un « apparatchik », fils de Paul, ancien dirigeant du PCF, aussi apathique que lui, mais ça ne me suffit pas pour condamner un homme. Quoi qu’il en soit, quand on fait alliance avec un parti, il n’est pas pensable de faire le tri entre ses dirigeants.
Sur ce que tu appelles le « matérialisme obsolète », il s’agit d’un débat d’une autre ampleur. Si tu utilises ce mot dans son sens philosophique, je ne peux pas te suivre. Mais je suis prêt au débat. Si tu l’utilises dans son sens commun, je peux te comprendre.

PREVOST Dominique 20/09/2014 17:32

Tout à fait d'accord, je pense que le PC se fait manger tout cru et qu'il n'essaie même plus de se faire entendre, ce qui est dommageable. Mais que font-ils???????
Pourquoi tous les partis de gauche et je parle de la vrai gauche ne s'entendent-ils pas entre eux et trouver des compromis pour faire barrage à la droite et au PS, car franchement le PC trouve trop d'excuses au parti socialiste et cela fait que les gens de gauche ne savent plus vers qui se tourner et vont vers les extrêmes, ce qui me désole, car ils n'ont plus de repaire.

Robert Mascarell 23/09/2014 17:02

Le problème du PCF c’est qu’il fut une très grande organisation, avec un parc immobilier extrêmement riche et divers, et qu’en quelques années il est devenu un petit parti, mais avec un parc immobilier démesuré par rapport à ses moyens financiers. Même si petit à petit il est obligé de le vendre bout par bout.
La seule manière de résister à l’érosion de son parc, c’est d’avoir des élus percevant des indemnités de mandat électif. Ces élus, le PCF ne peut espérer les conserver qu’en passant des alliances de 2nd tour avec le PS. Si nécessaire contre nature. Il a donc le dos au mur. Voilà mon explication concernant son attitude politique.

Jacques Mascarell 20/09/2014 16:50

Entièrement d'accord !!!!