Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Robert Mascarell

Ami(e)s salarié(e)s, commerçant(e)s, artisans, petits entrepreneurs et agriculteurs prosternez-vous, le sauveur suprême est arrivé. Il a pour nom Valls 2. Pour ce qui est du MEDEF, c’est déjà fait. Il se pâme. Amis de la vraie gauche, réjouissons-nous. L’heure de la clarification arrive. Rira bien qui rira le dernier. Hollande brûle sa dernière cartouche.

Aujourd’hui, les matamores du libéralisme, qu’ils soient de droite ou qu’ils se prétendent de gauche, triomphent. Qu’en sera-t-il dans six mois, dans un an,……. ? Non seulement, ils vont se heurter à la résistance du peuple français, mais la logique implacable du capitalisme mondialisé va poursuivre son œuvre destructrice.

Mais quelle est cette logique que les Hollande, Valls, Macron vont subir inexorablement, faute de vouloir la contrecarrer, et dont notre peuple va souffrir ? Tous les milliards distribués sans compter, aux entreprises, grandes de préférence, sans exigence de contreparties, n’y changeront rien. Ils iront grossir les dividendes pour une grande partie, ou ils seront plutôt placés sur le marché spéculatif qu’investis dans l’économie réelle. C’est que les promesses de profits y sont plus juteuses.

Et pour les quelques milliards qui seront consacrés à l’investissement dans l’économie réelle, la plupart répondront à une autre règle du capitalisme : les capitalistes n’ont pas pour vocation à créer des emplois, ni à se soucier de l’intérêt général et national, mais à faire le maximum de profits dans le temps le plus court. Pour cela, ils n’hésitent pas à se bouffer entre eux. Les plus gros mangeant les plus petits, sans considération de nationalité. Pour cela, si la mise en œuvre de robots ou autres procédés électroniques ou numériques promet des rendements plus élevés que le travail humain, ils préfèrent les utiliser en débauchant et/ou en n’embauchant pas.

Il n’est donc du pouvoir de Hollande, Valls et Macron de gommer cette réalité, d’autant plus qu’ils ont décidé une fois pour toute de ne pas s’y opposer. C’est même l’inverse, ils font tout pour s’attirer les bonnes grâces du MEDEF.

De la même façon, il n’est pas du pouvoir de notre trio infernal de décréter la fin de la lutte des classes, comme l’a fait Valls aux dernières assises du MEDEF. C’est comme s’il disait que dorénavant les lois de la pesanteur n’existent plus. Personne ne le croirait. La lutte des classes est consubstantielle au capitalisme. Elle est dans ses gènes.

Bref, en France et même en Europe, les capitalistes ont pour objectif d’aligner les salaires et les droits sociaux le plus près possible des conditions d’exploitation en vigueur dans les pays à bas coûts de main d’œuvre. Cette réalité-là est incontournable. Le scandale c’est que Hollande, Valls et le gouvernement prêtent la main à cette entreprise.

Le résultat ne se fera pas attendre. Le chômage va continuer à augmenter, les droits sociaux à reculer, les profits capitalistes à s’envoler,…..

L’heure de la clarification et des comptes va sonner. La vraie gauche va tout faire pour sonner les cloches sans retard aux plus sourds et aveugles. Ce que je dis là, je pourrais le dire pour d’autres pays européens, en particulier pour l’Italie, où un autre maître enchanteur, du nom de Matéo Renzi, tente de faire passer des vessies pour des lanternes. Pour lui aussi, les lampions vont bientôt s’éteindre, dans le fracas de la honte.

Je prends date ! Je suis d’une sérénité absolue et d’une résolution tout aussi grande.

Debout, jusqu’au bout !

Commenter cet article

Michel Cornillon 11/09/2014 21:25

Tu as raison sur l'essentiel, camarade, mais un détail t'échappe : pour que la démocratie reprenne ses droits et que la justice triomphe, il faudrait d'abord qu'un changement se produise en chaque être humain. Autrement dit que l'humanité dépasse les crises d'adolescence qui la freinent aujourd'hui. Or, lorsque je vois certains trahir tandis que d'autre se trompent et qu'une troisième catégorie roupille, je me dis que Marine Le Pen, seule, lorsqu'elle arrivera au pouvoir, nous remettra les idées en place.
Désolé.

Michel Cornillon 02/09/2014 14:01

Bien vu, camarade. À ceci près que nos enchanteurs peuvent régler les problèmes de chômage, de paupérisation et de surpopulation d'une manière on ne peut plus simple : la guerre. Et pas la guerre avec des petits soldats ou des armes nucléaires, mais avec des drones, des rockers, des poisons, des bactéries etc. Et contre des ennemis inventés de toute pièces, à partir d'attentats qu'ils fomenteront eux-mêmes.

Robert Mascarell 03/09/2014 00:10

Tu as raison Michel, de tout temps, les capitalistes ont utilisé la guerre comme moyen de régler leurs contradictions et de réduire les peuples au silence.

Mais que ce soit en 1918, comme en 1945, ils ont failli leur pouvoir définitivement. Ils ne doivent leur salut qu'aux immenses crimes commis par Staline et ses sbires.

Avec des communistes dignes de l'esprit de Marx, Engels et même Lénine, le capitalisme n'apparaîtrait plus que pour ce qu'il est : un système aussi criminel, voire plus, que le système soviétique.

Claude Jurquet 01/09/2014 20:50

J'apprécie ton papier ci-dessus, Robert Mascarell, et je partage entièrement ton analyse mais je suis moins optimiste que toi en ce qui concerne l'avenir : trop de gens, y compris certains qui pensent être de gauche, se font rouler dans la farine sans réagir et le chantage au F.N. a encore de beaux jours devant lui. J'avais voté contre Sarko donc pour Hollande (au second tour seulement, bien sûr !) mais sans grande illusion et ça dépasse aujourd'hui tout ce que je pouvais imaginer !
Je ne me laisserai plus avoir ... !
Fraternel salut !

Robert Mascarell 03/09/2014 00:02

Cher Claude, je suis heureux de te retrouver. Tes craintes ne sont pas infondées, mais je ne peux me résigner à désespérer de l'humanité.